Bienvenue

Bienvenue sur le blog du Réseau pour une paix juste au Proche Orient, collectif d'associations et de citoyens de la région doloise (39). Ce blog tente de relayer des informations sur la situation au Proche Orient et l'action des pacifistes palestiniens et israéliens pour une paix juste ; mais aussi les activités menées ici, conférences débats, projets de solidarité, festival de cinéma "PALESTINE AU COEUR"...

vendredi 26 novembre 2010

Le Réseau pour une paix juste au Proche Orient s'associe à l'initiative : UN BATEAU FRANCAIS POUR GAZA.


En s'engageant dans cette voie pacifique, nous voulons aujourd'hui :
* Dénoncer et briser le siège israélien contre Gaza ;
* Promouvoir et faire respecter le droit international ;
Répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Palestiniens de       Gaza.
Un Bateau français pour Gaza, un acte citoyen !
* Parce que nous refusons de voir 1 million et demi de personnes sous blocus
* Parce que la communauté internationale doit imposer la levée totale du blocus de Gaza ;
Parce que nous n’acceptons pas que nos Etats se contentent de paroles jamais suivies   d’actes ;
* Parce que la première Flottille de la liberté a montré qu’une action citoyenne peut rompre   le mur de l'indifférence.

60 associations, syndicats et partis politiques, avec le soutien d’élus et de personnalités publiques, enverront un  bateau au printemps 2011
aux côtés de bateaux d’une vingtaine de pays.

mercredi 10 novembre 2010

En chacun de nous, quelque chose d’Arafat

 
par Mahmoud Darwich




Le 11 Novembre 2004 la Palestine a perdu une de ses grandes figures ; Yasser ARAFAT, père de la lutte nationale palestinienne contemporaine.
Yasser Arafat a certes disparu physiquement, mais son rêve d’une Palestine libre, indépendante, progressiste et humaine est toujours là.

Yasser Arafat nous a surpris en ne nous surprenant pas. Comme si la concomitance de la maladie de l’homme et de la maladie du discours imposait l’épilogue et empêchait le héros tragique de marquer de ses traits propres le destin. Pas de miracle cette fois, pas de coup de théâtre depuis que la tragédie, changée en long feuilleton télévisé, est devenue quotidienne, familière et banale.
Yasser Arafat nous avait graduellement familiarisés avec les adieux. Il nous avait habitués à une mort non convenue et non annoncée, sous un bombardement aérien ou dans l’écrasement d’un avion au désert. Mais le sort l’ayant à maintes reprises miraculé, il précédait la mort vers la vie, et nous ressuscitions avec lui dans la migration vers une destinée scintillant de la beauté de l’impossible et d’une poésie pastorale qui nous aidait dans la traversée de l’interminable chemin.
Lire la suite en cliquant sur : Plus d'infos